Semaine de la parentalité 2017

Publié le 7 décembre 2017

« Être une fille, être un garçon dans la pratique en commun d’un sport, le Voketball

Dans le cadre d’une semaine de la parentalité, le Centre social Cap Sud à Poitiers a organisé, le 28 novembre, une table ronde intitulée « Une fille ça fait pas ci, un garçon ça fait ça ».

Au cours de la table-ronde le Voketball, né dans le quartier, il y a deux ans, avec la participation d’enfants qui ont choisi son nom, a été présenté par ses créateurs.

Voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=BopzKzLM8kE et la page Facebook de Voketball

Le Voketball est adapté à la pratique dans les City stades dont le nombre est en augmentation. Il se joue à la main et au pied et l’on marque des paniers et des buts ; il en utilise donc toutes les fonctionnalités.

Au nombre des valeurs portées par « L’Equipe Voketball » (le vivre ensemble, l’accès aux loisirs pour tous…) figure la mixité filles-garçons. Lors des matchs, les équipes doivent être constituées d’autant de filles que de garçons. Cet objectif a un caractère volontariste. Spontanément, les Ciy stades sont plutôt fréquentés par les garçons.
Publié le 6 décembre 2017
Etre une fille, être un garçon, ça change quoi ?

Dans le cadre d’une semaine de la parentalité, le Centre social Cap Sud à Poitiers a organisé, le 28 novembre, une table ronde intitulée « Une fille ça fait pas ci, un garçon ça fait ça ».

Les intervenants étaient Agnès CASTEL, Inspectrice de l’Education nationale 1er degré, Manuel COTINAUD, Conseiller d’Animation sportif à la Direction départementale de la Cohésion sociale, Louise FROMARD, Chargée d’évaluation et rédactrice sur le site de Poitiers de l’Onisep, Valérie LAMARCHE, Déléguée départementale aux Droits des Femmes et à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes de la Vienne, placée auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale, Muriel GUILLOT, Directrice du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de la Vienne (CIDFF). Une soixantaine de personnes étaient présentes. Le modérateur était Bernard KERLEAU, président du Cercle Condorcet de la Vienne.

Lors de la discussion, on a constaté qu’il y a plus de garçons qui jouent dehors et plus de filles qui font des activités à l’intérieur, qu’il y a plus de femmes que d’hommes à la tribune comme dans la salle pour parler d’égalité entre les sexes, que le changement des représentations n’est pas aisé puisque notre vie se déroule à la fois dans les milieux familial, éducatif, professionnel… qui n’influent pas toujours de manière cohérente.
On s’est demandé si les filles sont vraiment plus intelligentes que les garçons et pourquoi les garçons sont plus grands, s’il faut vraiment rechercher l’égalité partout tout le temps ou plutôt éviter les discriminations, si l’écriture inclusive peut avoir un réel impact sur les comportements, pourquoi certains métiers ne sont nommés qu’au féminin ou au masculin ou que nous ne parvenons pas à utiliser l’un des deux, quelles sont les solutions pour faire évoluer nos représentations, quelle place peuvent et doivent prendre les hommes dans le féminisme ?  »
Article écrit par Bernard Kerleau du Cercle Condorcet

Lien court :